Open Site Navigation

Catherine Lefebvre

July 9, 2021, 4:00:00 AM

DES VÉ­LOS AC­CES­SIBLES AU COEUR DE LA FO­RÊT LAROSE

DES VÉ­LOS AC­CES­SIBLES AU COEUR DE LA FO­RÊT LAROSE

Plus qu’un pro­jet de simple ma­ga­sin de vé­lo, c’est dans une ap­proche glo­bale de bie­nêtre en lien avec les bien­faits de l’exer­cice phy­sique, l’en­vi­ron­ne­ment et la for­ma­tion qui est pré­co­ni­sé par ces pas­sion­nés de vé­lo de mon­tagne.

Après avoir vé­cu en Nou­velle-Zé­lande et être re­ve­nus au Ca­na­da en 2012, Em­ma­nuelle et Jean-Sé­bas­tien La­rocque, tra­vailleurs so­ciaux, opèrent le centre MANA, leur propre en­tre­prise de pra­tique pri­vée. C’est ain­si que le couple s’in­té­resse par­ti­cu­liè­re­ment à une ap­proche qui per­met de connec­ter les gens à la na­ture et prô­ner les in­ter­ven­tions thé­ra­peu­tiques par le sport et le plein air.

D’ailleurs les La­rocque tra­vaillent de concert avec les écoles et or­ga­nisent des groupes d’in­ter­ven­tion pour faire sor­tir les jeunes à l’ex­té­rieur, les dé­bran­cher, les faire dé­cro­cher, bou­ger et se connec­ter avec la na­ture. Mais en rai­son de la pan­dé­mie, les contrats avec les écoles ont été annulés cette an­née.

D’ailleurs les La­rocque tra­vaillent de concert avec les écoles et or­ga­nisent des groupes d’in­ter­ven­tion pour faire sor­tir les jeunes à l’ex­té­rieur, les dé­bran­cher, les faire dé­cro­cher, bou­ger et se connec­ter avec la na­ture. Mais en rai­son de la pan­dé­mie, les contrats avec les écoles ont été annulés cette an­née.

Mal­gré tout, la mis­sion du couple prend en­core plus de sens. Dans les der­niers mois, les gens ont pas­sé beau­coup de temps de­vant leurs écrans, no­tam­ment à cause du té­lé­tra­vail et des cours en ligne.

Mal­gré tout, la mis­sion du couple prend en­core plus de sens. Dans les der­niers mois, les gens ont pas­sé beau­coup de temps de­vant leurs écrans, no­tam­ment à cause du té­lé­tra­vail et des cours en ligne.

De plus, les me­sures sa­ni­taires n’ayant pas per­mis les ren­contres in­té­rieures et la fer­me­ture des com­merces ont fait naitre un en­goue­ment pour les ac­ti­vi­tés ex­té­rieures. Se­lon l’OMS, prendre ré­gu­liè­re­ment des pauses pour se re­po­ser des ac­ti­vi­tés pas­sées de­vant les écrans est es­sen­tiel et faire de l’exer­cice per­met aus­si une meilleure hy­giène de vie.

De plus, les me­sures sa­ni­taires n’ayant pas per­mis les ren­contres in­té­rieures et la fer­me­ture des com­merces ont fait naitre un en­goue­ment pour les ac­ti­vi­tés ex­té­rieures. Se­lon l’OMS, prendre ré­gu­liè­re­ment des pauses pour se re­po­ser des ac­ti­vi­tés pas­sées de­vant les écrans est es­sen­tiel et faire de l’exer­cice per­met aus­si une meilleure hy­giène de vie.

L’hi­ver der­nier, le couple Le­mo­sin louait des vé­los aux uti­li­sa­teurs des sen­tiers de la Fo­rêt Larose, si­tuée à Limoges. Puis, l’idée de pour­suivre la lo­ca­tion et d’ou­vrir un bi­ke­shop est ve­nue. Il était na­tu­rel pour Em­ma­nuelle et Jean-Sé­bas­tien de s’y ins­tal­ler, puisque ce der­nier connait très bien l’en­droit. En ef­fet, de­puis les dé­buts, il fait l’en­tre­tien des sen­tiers avec l’Ot­ta­wa Moun­tain Bike As­so­cia­tion.

L’hi­ver der­nier, le couple Le­mo­sin louait des vé­los aux uti­li­sa­teurs des sen­tiers de la Fo­rêt Larose, si­tuée à Limoges. Puis, l’idée de pour­suivre la lo­ca­tion et d’ou­vrir un bi­ke­shop est ve­nue. Il était na­tu­rel pour Em­ma­nuelle et Jean-Sé­bas­tien de s’y ins­tal­ler, puisque ce der­nier connait très bien l’en­droit. En ef­fet, de­puis les dé­buts, il fait l’en­tre­tien des sen­tiers avec l’Ot­ta­wa Moun­tain Bike As­so­cia­tion.

L’hi­ver der­nier, le couple Le­mo­sin louait des vé­los aux uti­li­sa­teurs des sen­tiers de la Fo­rêt Larose, si­tuée à Limoges. Puis, l’idée de pour­suivre la lo­ca­tion et d’ou­vrir un bi­ke­shop est ve­nue. Il était na­tu­rel pour Em­ma­nuelle et Jean-Sé­bas­tien de s’y ins­tal­ler, puisque ce der­nier connait très bien l’en­droit. En ef­fet, de­puis les dé­buts, il fait l’en­tre­tien des sen­tiers avec l’Ot­ta­wa Moun­tain Bike As­so­cia­tion.

«On a une vi­sion, vrai­ment, de dé­ve­lop­per des pro­grammes éco­so­ciaux dans la fo­rêt, de re­tour­ner aux groupes d’in­ter­ven­tion qu’on fai­sait avec les jeunes, d’avoir des pro­jets plus col­la­bo­ra­tifs avec la com­mu­nau­té pour contri­buer à dé­ve­lop­per des pro­grammes pour faire sor­tir les gens, s’ac­ti­ver dans la na­ture», ex­prime Mme La­rocque. L’en­traide et le la for­ma­tion sont au coeur des va­leurs des pro­prié­taires.

«On a une vi­sion, vrai­ment, de dé­ve­lop­per des pro­grammes éco­so­ciaux dans la fo­rêt, de re­tour­ner aux groupes d’in­ter­ven­tion qu’on fai­sait avec les jeunes, d’avoir des pro­jets plus col­la­bo­ra­tifs avec la com­mu­nau­té pour contri­buer à dé­ve­lop­per des pro­grammes pour faire sor­tir les gens, s’ac­ti­ver dans la na­ture», ex­prime Mme La­rocque. L’en­traide et le la for­ma­tion sont au coeur des va­leurs des pro­prié­taires.

Un ser­vice de co-en­tre­tien de vé­los se­ra aus­si of­fert pour rendre les cy­clistes autonomes et qu’ils soient en me­sure d’ef­fec­tuer eux-mêmes leurs ré­pa­ra­tions. De plus, le vo­let éco­lo­gique n’est pas ou­blié.

Par exemple, plu­tôt que de vendre plu­sieurs pe­tites bou­teilles de plas­tique de pro­duits, une ma­chine de rem­plis­sage a été ache­tée. Et le pro­duit uti­li­sé est bio­dé­gra­dable.

Des vé­los à sus­pen­sion simple, double, des vé­los pour en­fants et des fat­bikes se­ront dis­po­nibles à la lo­ca­tion.

«On mise sur la qua­li­té pour que les gens aient une belle ex­pé­rience», ex­plique Em­ma­nuelle.

Toutes les clien­tèles ont ac­cès aux équi­pe­ments, au­tant les en­fants que les adultes. Pour Mme La­rocque, qui fait du vé­lo avec son conjoint et leurs deux en­fants, c’est une ac­ti­vi­té fa­mi­liale à pri­vi­lé­gier et il est im­por­tant qu’elle soit ac­ces­sible à tous.

L’ou­ver­ture du Bi­ke­shop est pré­vue le 4 juin, dans le sta­tion­ne­ment P1 de la Fo­rêt Larose, de fa­çon gra­duelle, dû aux res­tric­tions sa­ni­taires et à la pé­nu­rie de pièces de vé­lo en rai­son de la grande po­pu­la­ri­té sou­daine du sport.

L’ou­ver­ture du Bi­ke­shop est pré­vue le 4 juin, dans le sta­tion­ne­ment P1 de la Fo­rêt Larose, de fa­çon gra­duelle, dû aux res­tric­tions sa­ni­taires et à la pé­nu­rie de pièces de vé­lo en rai­son de la grande po­pu­la­ri­té sou­daine du sport.

Les gens peuvent dé­jà ré­ser­ver leurs vé­los sur le site du centre www.the­ma­na­centre.com.